Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/06/2017

« L’ÊTRE ÉTERNEL ET INFINI, SELON L’ONTOLOGIE DU RÉGIME ÉCOSSAIS RECTIFIÉ »

Enregistrement audio de la Conférence publique de Jean-Marc Vivenza

Organisée par l’association La Porte des Lions  

(Antibes, 29 avril 2017)

 laportedeslions@gmail.com

a03.jpg

« Une règle, pouvant être aisément désignée comme un principe, doit devenir la discipline de chacun d’entre-nous, dans son ascension vers les sommets extraordinaires de la vie spirituelle (…). »

 

 

chaîne.jpg

L’enregistrement que nous proposons – avec l’aimable autorisation des artisans efficaces de cette rencontre –, est celui d’une conférence faisant écho à une imposante étude, contenue dans les Entretiens spirituels et écrits métaphysiques, édités au « Mercure Dauphinois » en mars 2017.

Jamais, la perspective métaphysique portée par la Réforme willermozienne –  confinée, généralement par ignorance, au champ sémantique d’un humanisme maçonnique appauvrissant, teinté d’une vague christologie figurative – n’avait fait l’objet, jusqu’à présent, d’un dévoilement méthodique de sa nature ontologique fondamentale. Et  cette méconnaissance du cœur du projet, de son noyau interne et actif, son rejet parfois, lorsqu’en étaient pressentis les enjeux, ne sont pas étrangers, à l’inévitable enchaînement chronologique, des initiatives ayant immanquablement conduit le Régime Rectifié, à sa captation par des cadres référentiels qui lui étaient à la fois étrangers, et antinomiques.

Encore fallait-il, pour aborder la question sous cet angle essentiel, disposer de la plénitude des qualifications doctrinales et des capacités filiatives, permettant de le faire sans entraves, en fidélité absolue à l’authentique voie de purification, à la perspective, non pas d’une simple herméneutique d’autosatisfaction mondaine, mais de cette pure discipline de l’être, intégralement contenue dans les Instructions du Régime et dans ses transmissions inaltérées.  

La propédeutique willermozienne, engage une mise à distance radicale, d’avec les voies dites « apocryphes » - selon la terminologie martinésienne –, c’est-à-dire caïnistes et babéliennes, pleinement dévolues à la glorification des œuvres illusoires forgées par la volonté humaine[1], dont l’homme est à la fois le concepteur et le destinataire désenchanté ; situation qu’une Instruction finale de la Classe symbolique du Régime, figure par la « ruine du temple », désignant la « décadence de l’Ordre, trop souvent avili par des coups qui lui ont été portés par des faux-frères. » La voie dite « non-apocryphe », participe, elle, d’une lumière incréée, dont les rayons, immatériels, éclairent l’homme d’une émission bienfaisante, régulatrice, et il convient de l’affirmer : seule en est détentrice, la doctrine introduite par Jean-Baptiste Willermoz (1730-1824) lors du Convent des Gaules en 1778 ; tous les régimes obédientiels qui en méconnaissent la nature, sont des « voies apocryphes », des industries aveugles, conduisant d’autres aveugles vers un Chaos qui n’est pas un Ordre, mais une descente vers le désordre absolu de l’abîme. La bienfaisance active du Régime, elle, se propose de nous laisser porter à la bonne destination par, selon l'expression maistrienne, la « barque de Pierre » qui, depuis 2000 ans, flotte sur les eaux, guidée par le seul souffle divin.

 

A lire

 

ESEM.jpg

Jean-Marc Vivenza, Entretiens spirituels et écrits métaphysiques, le Mercure Dauphinois, mars 2017

Partie II : Écrits métaphysiques et spirituels

Ontologie fondamentale

1 – L’Être éternel et infini selon l’ontologie fondamentale du Régime Écossais Rectifié (pp. 117-160)

 

[1] « Plains le triste délire de celui qui ferme ses yeux à la lumière et se promène dans les ténèbres épaisses du hasard : que ton cœur attendri et reconnaissant des bienfaits paternels de ton Dieu, rejette avec mépris ces vains sophismes, qui prouvent la dégradation de l’esprit humain lorsqu’il s’éloigne de sa source. » (Règle maçonnique, Article I, « Devoirs envers Dieu et la Religion. »

 

13/06/2017

LE GRAND PRIEURÉ INDÉPENDANT DE FRANCE (G.P.I.F.) CONSIDÈRE QUE LE RÉVEIL DU RÉGIME ÉCOSSAIS RECTIFIÉ PAR CAMILLE SAVOIRE EN 1935, NE PEUT « SE PRÉVALOIR D’AUCUN TITRE MAÇONNIQUE »

GPIF2.jpg

 

C’est, en tout cas, ce qui est « rappelé » - sous peine de sanction à tout contrevenant, qui s’exposerait à des « poursuites » (sic !) - par la « Grande Chancellerie » de la structure qui, au sein du Grand Orient de France, gouverne le Rite Écossais Rectifié, par une circulaire en date du 9 juin 2017, et se référant à la circulaire n°810 en date du 3 décembre 2013 du GODF.

Cette information saugrenue, et qui nous a été signalée par des membres de cette juridiction, a fait l’objet d’un communiqué précédé d’un lien, sur la page réseau de nos amis du site Semper Rectificando, que nous reproduisons :

 

COMMUNIQUÉ DE SEMPER RECTIFICANDO

02.jpg

Le rappel, par cette publication du Phénix Renaissant, d'où se situe la légitimité du RER, n'est pas sans faire écho aux récentes déclarations - par lettre circulaire datée du 9 juin courant sise à "Bouc-Bel-Air" (sic !) -, déclarations assez comiques il faut bien l'avouer, d'un pseudo "Grand Prieuré" fabriqué ex nihilo par son obédience en 1998, revendiquant, sans crainte du ridicule de par son comportement, la "liberté absolue de conscience" [1], et qui prétend à présent, de façon arbitraire, désigner ce qui est, ou n’est pas "maçonnique" à ses yeux, en usant d’un pouvoir d’autorité dictatoriale de la plus belle eau stalinienne, ayant pour but d’interdire certaines inter-visites aux Frères du Régime !

Cette pitoyable comédie, qui conjugue mépris des vertus chrétiennes que l’Ordre exige, et attitude policière d’apparents nostalgiques du KGB, se double du ridicule, lorsqu’on sait que cette juridiction dite "Indépendante" et de "France", n’a de rectifié que le nom, puisque le GODF, contrairement à ses illusions et avantageuses déclarations fabulatoires, n’a jamais possédé et à aucun titre, le RER du point de vue de l’Histoire objective :

https://semperrectificando.wordpress.com/2014/09/18/le-gr...

Et pour ce… que Dieu leur vienne en aide !

godf,grand orient de france,gpif,grand prieuré indépendant de france,dnrf-gddg,régime ecossais rectifié,grands prieurés apocryphes,contre-initiation,camille savoire

 

Cette note a suscité quelques légitimes commentaires sur les réseaux, en particulier sur la page à forte audience, consacrée à l’étude théorique et à l’actualité du Régime Écossais Rectifié.

Un contributeur mentionne le rappel suivant :

« Le Grand Prieuré Indépendant de France, constitué après une réforme du Grand Collège des Rites du Grand Orient de France en 1998, est le dernier à avoir été créé des principaux "Grands Prieurés français" constituant la famille rectifiée contemporaine depuis le réveil du Régime… » (Jean-Marc Vivenza, Histoire du Grand Prieuré des Gaules, 2011).

Un autre, d’indiquer enfin : « L’origine du GPIF devrait inciter ses autorités à plus d’humilité dans leurs déclarations : « Le problème, c’est que le G.O.D.F., sans doute vexé par la constitution du Grand Directoire des Gaules en 1935 en tant que puissance maçonnique indépendante et autonome, décidait les 18 et 19 juin 1938, de créer – mais en toute illégitimité pour ce faire, une telle décision n’étant en rien du ressort d’une obédience mais d’un Grand Prieuré, et encore sous réserve de nombreuses conditions requises – un « Directoire Écossais des anciennes provinces de France »… préfigurant la création du Grand Prieuré Indépendant de France, toujours sans aucune qualification rectifiée pour procéder à une telle forgerie, le 5 décembre 1998. »

L.S.

chouette.jpg

 

[1] Étrange conception à géométrie variable de la « liberté absolue de conscience », précisons-le tout de même, de la part d’une juridiction qui n’a pas hésité à signer, le 19 novembre 2014, un « Traité d’Amitié », avec « droit d’inter-visites », avec le « Gran Priorato de Hispania », inquiétante structure liée au « Grand Prieuré des Gaules » français, exigeant de ses membres, la signature d’une « Déclaration des principes fondamentaux » indiquant :

« Les membres du Gran Priorato de Hispania croient fermement (…) en la doctrine inspirée des Pères de l’Eglise et en celle qui émane des quatre Premiers Grands Conciles Œcuméniques de l’Eglise (Nicée, Constantinople, Ephèse et Chalcédoine). Ceci est la base doctrinale, inamovible depuis sa création, du Régime et du Rite Ecossais Rectifié, ainsi que du Rite Français. » (point 1)

« Les membres du Gran Priorato de Hispania croient fermement en l’immortalité de l’âme humaine et en la résurrection de la chair par l’œuvre et la grâce de la résurrection du Christ de parmi les morts, tel qu’il est signalé dans les Evangiles et le Credo » (point 6)

Cette conception très particulière de l’initiation maçonnique, conduisit d’ailleurs le Grand Maître de la juridiction, Ramon Marti Blanco (signataire du protocole d’amitié avec le GPIF du Grand Orient de France), à interpeller la Conférence Épiscopale espagnole, le 14 avril 2006, demandant à ce que soit levée la condamnation  de l’Église catholique à l’égard de la maçonnerie, l’invitant à « distinguer entre les différentes Obédiences le bon grain de l’ivraie » (sic !) au titre de l’orthodoxie chrétienne du Rite Rectifié, indiquant avoir remis, en preuve de sa bonne foi, « tous nos rituels à la disposition des instances idoines de l’Eglise catholique romaine » ( !!!). La réponse sèche de l’Episcopat ne se fit pas attendre : « La Comisión Episcopal para la Doctrina de la Fe, de la Conferencia Episcopal Española, reitera que la citada declaración Quaesitum est conserva plena vigencia » (19 juin 2006) (cf. Pepe Rodrigez, Masonería al descubierto: del mito a la realidad, 2006) [NDLR]