Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/02/2014

L’obsession de la chair et les courants dogmatiques : contre Jean-Baptiste Willermoz, et les "délires origéniens"

Article La Leçon de Lyon.jpg

 

Les observateurs attentifs à ces questions, mais peu informés des subtiles imbrications de certains milieux initiatiques, se demanderont sans doute ce qui motive les réseaux liés à des tendances en marge de l’orthodoxie conventionnelle, à focaliser périodiquement sur des points touchant aux enseignements fondamentaux de la maçonnerie rectifiée. Outre l’emblématique "Réconciliation universelle"– et sa trompeuse apparence d’un dialogue retrouvé entre la vie liturgique et un "martinésisme" passablement revisité – , tel est le cas récent de l’espace dit "Restauration universelle", relayé, sur les réseaux sociaux, par cette sensibilité ecclésiale portée par les thèses du R.P. Jean-François VAR, ex- Grand Aumônier du Grand Prieuré des Gaules – et les sites mis en lien sur ce blog en témoignent –, et dont les publications sont  essentiellement  consacrées au thème de la "résurrection de la chair" : « La chair est la base du salut » [sic !] (30.03.2013),« La divine liturgie sanctifie la matière » (02.04.2013)…  « La résurrection, contre les délires origéniens, c’est la résurrection des corps » [re-sic !] (11.02.2014)… étonnante litanie – ou danse – macabre, où les sublimes régions de l’au-delà, se voient affubler des pires perspectives d’une "nuit des morts-vivants" où la chair, après avoir « quitté les os », viendrait s’y rétablir !!! … 

Non point que cette thématique extrêmement limitée et caricaturale  fasse l’objet d’une vocation telle, qu’elle suffirait à désigner une foi orthodoxe que nous savons intensément plus riche. Ces préoccupations sont celles, redisons-le, d’un courant très singulier, visiblement lié à de petites églises autocéphales, et dont le projet, maintes fois commenté, est d’amender la pensée willermozienne, afin de la rendre conforme à l’engagement ministériel qu’il exerce au sein des établissements maçonniques concernés. La vie liturgique, elle, se désintéresse a priori de ces domaines et nul, en-dehors de ces milieux, ne saurait la confondre avec l’engagement maçonnique.

La perspective initiatique portée par le Régime rectifié n’est pas atteinte par la législation des conciles : elle est chrétienne, car liée, par la persona christi, à l’éclosion expérientielle du Verbe dans les âmes désireuses d’atteindre à ces régions de l’Invisible, qui étaient celles de leur vocation primitive. Nul besoin de revenir sur la nature de ce christianisme transcendant, ni sur les confusions entretenues ; ni de citer, de nouveau, les multiples occurrences qui en témoignent dans les rituels et instructions du Régime. Il suffira, pour un commentateur de ces débats, et qui nous en faisait ces jours-ci la juste remarque, de s’en tenir à l’exercice d’une exégèse comparative à la saisissante évidence, et selon les règles d’un plan dialectique que chacun pourra aisément conclure à sa lecture :

·  THÈSE : « Dieu a modelé le corps en même temps que l'âme et non celui-là d'abord et celle-ci ensuite, comme le veulent les délires origéniens. (…) En disant résurrection, nous entendons résurrection des corps. La résurrection, c'est quand se dressent pour la deuxième fois ceux qui sont tombés, car les âmes étant immortelles comment ressusciteraient-elles ? »
(Saint-Jean Damascène, Exposé de la Foi Orthodoxe)

·  ANTITHESE : « Le premier Adam émané de Dieu… fut précipité sur la terre et condamné à venir ramper sur sa surface dans une forme matérielle (…) Jésus-Christ lui-même va prouver la différence essentielle des deux formes et leur destination, en se revêtant de l’une après sa résurrection, après avoir anéanti l’autre [le corps matériel] dans le tombeau (…) il dépose dans le tombeau les éléments de la matière, et ressuscite dans une forme glorieuse qui n’est plus que l’enveloppe immatérielle de l’être essentiel… » (Jean-Baptiste Willermoz, Traité des deux natures)

 

A lire également, sur ces questions :

Jean-Marc Vivenza, La Doctrine de la réintégration des êtres – Martinès de Pasqually, Louis-Claude de Saint-Martin et Jean-Baptiste Willermoz à la lumière de la pensée d’Origène, La Pierre Philosophale, 2012.

 

La doctrine de la Réintégration menacée par les critères religieux orthodoxes

 

Régime Ecossais Rectifié et christianisme de l’Ordre

 

Et sur Baglis-TV :

Illuminisme mystique et christianisme transcendant. 

Extrait :  "L'émanation de l'âme selon Origène"


Les commentaires sont fermés.